Couverture avant

Sommaire

Utilisation des normes

Bref aperçu des normes

1  Normes essentielles

2  Normes pour l’évaluation et l’analyse

3  Normes pour le développement de l’entreprise et de systèmes de marché

4  Normes pour la distribution d’actifs

5  Normes pour les services financiers

6  Normes pour l’emploi

Annexe : Outils liés au marché et cadres d’évaluation

Glossaire

Groupe de travail sur l’élaboration des normes

Utilisation des normes

Cette ressource n’est pas un guide de mise en œuvre des programmes économiques dans les contextes humanitaires. Il vise à donner au lecteur une idée de ce à quoi ressemble une bonne programmation et des conseils sur ce qu’il convient de prendre en compte pour planifier des activités.

Vous pouvez lire chaque section séparément ou dans l’ordre. Chaque section contient des renvois à d’autres chapitres ou sections qui peuvent aussi être pertinents car bien des normes et actions sont liées entre elles. Veuillez utiliser le schéma de la page 1 pour vous guider.

Cet ouvrage sera particulièrement utile aux professionnels travaillant sur le terrain et aux personnels du secteur humanitaire chargés de mettre en œuvre des programmes aussitôt après une crise. Les donateurs, les gouvernements, les acteurs du secteur privé, les rédacteurs de proposition et le personnel d’exploitation pourront aussi y trouver des références utiles pour concevoir ou passer en revue des activités de projet.

Il existera toujours une tension entre les normes universelles et l’aptitude à les appliquer dans l’instant. Chaque contexte est différent et les circonstances locales pourront faire qu’il sera impossible de respecter ces normes. Cet ouvrage donne au lecteur une appréciation des ultimes résultats vers lesquels devraient tendre les agents de mise en œuvre.

Bref aperçu des normes

À qui s’adresse le manuel MERS ?

Les Normes minimales pour le relèvement économique (MERS, acronyme de l’intitulé anglais Minimum Economic Recovery Standards) s’adressent à quiconque est chargé de planifier ou mettre en œuvre des programmes économiques ou relatifs aux moyens de subsistance dans un contexte humanitaire. Il sera aussi utile au personnel opérationnel chargé d’acheter et/ou de fournir de gros volumes de marchandises dans une région précise (comme dans le cas de la distribution d’articles non alimentaires) pour comprendre comment éviter d’exercer des effets adverses sur le marché. Les donateurs, les gouvernements, les acteurs du secteur privé, les rédacteurs de proposition et le personnel d’évaluation pourront aussi y trouver des références utiles pour concevoir ou passer en revue des activités de projet.

Quand ces normes devraient-elles être appliquées ?

Aussi souvent que possible.

Les normes sont conçues pour être utilisées avant une crise, dès les premiers jours de l’intervention, tout au long du relèvement et jusqu’au début d’un développement à plus long terme. Elles peuvent être utiles à tout moment dès qu’il y a une interaction avec le marché – que l’intervention soit destinée à être sans incidence sur le marché, sensible au marché ou intégrée à celui-ci. Elles peuvent être utilisées pour tout marché ou tout programme où les résultats économiques liés aux moyens de subsistance ne sont pas l’axe premier des activités.

Questions transversales et groupes cibles spécifiques

Dans cette révision des Normes minimales pour le relèvement économique, nous avons pris soin de nous pencher sur des questions qui se révèlent pertinentes pour toutes les normes. Ces questions transversales sont les suivantes : 1) le genre, 2) le handicap, 3) la préparation, 4) la résilience, 5) la protection, et 6) l’environnement. Ces questions ont été intégrées dans les sections pertinentes de chaque chapitre plutôt que d’être traitées en parallèle. Cet ouvrage ne saurait aborder toutes les questions transversales de manière approfondie, mais il reconnaît leur importance et établit des liens vers les normes associées et d’autres ressources qui fourniront un complément d’informations.

Un point qu’il convient de souligner pour les personnes qui ne maîtrisent pas la programmation économique est l’importance d’estimer les bénéficiaires potentiels qui ne seraient normalement pas considérés comme « vulnérables » au moment du ciblage. Parce qu’ils ne sont pas vulnérables, ils sont bien souvent les seuls pourvoyeurs de leurs familles ou ils sont en mesure de faire appel aux services de tiers qui, eux, sont vulnérables. Ils peuvent faire partie de la solution, pour toucher les personnes les plus démunies en ayant recours aux structures communautaires existantes.

Comment lire les Normes minimales pour le relèvement économique : la différence entre les normes, les indicateurs, les actions clés et les notes d’orientation

Chaque chapitre présente un ensemble de normes, avec des actions clés, des indicateurs clés et des notes d’orientation pour chaque norme.

Les normes sont de nature qualitative : elles sont censées être universelles et applicables à tout environnement. Elles sont la référence sur la base de laquelle la qualité d’un ensemble d’activités pourra être jugée. Les actions clés sont les tâches qui peuvent être effectuées par des praticiens dans le but d’atteindre les normes minimales. Toutefois, il convient de souligner que le simple fait d’effectuer une action clé ne veut pas dire pour autant qu’une norme sera respectée. Les indicateurs clés sont des « signaux » qui montrent si une norme minimale a été respectée. Ils fournissent une manière de mesurer et de communiquer les processus et les résultats des actions clés ; ils peuvent être quantitatifs ou qualitatifs. Les notes d’orientation fournissent des points spécifiques à prendre en compte au moment d’appliquer les normes minimales, les actions clés et les indicateurs clés en différentes circonstances. Elles donnent des conseils sur la manière d’aborder les difficultés pratiques ou sur des questions prioritaires.

Bref historique sur les Normes minimales pour le relèvement économique, le projet Sphère et le Partenariat pour les standards humanitaires

Qu’est-ce que le projet Sphère ? Le projet Sphère et son Manuel sont bien connus pour encourager la qualité et la redevabilité dans toute intervention humanitaire. Le but de cette initiative, lancée en 1997 par un groupe d’organisations non gouvernementales (ONG) humanitaires et le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, était d’améliorer la qualité de leurs actions lors d’une intervention pour faire suite à une catastrophe et d’en assumer pleinement la responsabilité. La philosophie du projet Sphère se fonde sur deux convictions essentielles : tout d’abord, les personnes affectées par une catastrophe ou un conflit ont le droit de vivre dans la dignité et par conséquent, elles ont droit à une assistance ; en second lieu, toutes les mesures possibles devraient être prises pour soulager la souffrance humaine découlant d’une catastrophe ou d’un conflit. Soucieux d’appuyer ces deux convictions essentielles, le projet Sphère a développé une Charte humanitaire et identifié une série de normes minimales dans des secteurs clés pour sauver des vies, qui sont désormais reflétées dans le manuel.

En 2007, un groupe de praticiens, membres du réseau SEEP, a reconnu le besoin d’élargir les conseils du projet Sphère aux programmes économiques se déroulant dans des contextes humanitaires. Constatant que des occasions étaient souvent manquées ou des programmes mal mis en œuvre, ce groupe a cherché à explorer les meilleures pratiques émergentes et à décrire les grandes lignes d’une vision pour des interventions plus cohérentes et techniquement robustes. Avec l’aide du bureau de l’USAID d’aide en cas de catastrophes naturelles, les Normes minimales pour le relèvement économique (MERS) sont nées d’une collaboration aux termes de laquelle des praticiens ont bâti une vision partagée pour une programmation améliorée. Les Normes minimales pour le relèvement économique ont connu deux grandes révisions en collaboration. Il s’agit cette fois de la troisième édition, qui prend en compte le travail de centaines de praticiens et meneurs d’opinion au cours des dix dernières années.

Sphère compte désormais quatre Normes associées en plus des Normes minimales pour le relèvement économique : les Normes minimales pour l’éducation : préparation, interventions, relèvement de l’INEE ; les Normes et directives pour l’aide d’urgence à l’élevage (LEGS) ; les Standards minimums pour la protection de l’enfance dans l’intervention humanitaire (CPMS) et les Critères minimaux d’analyse de marché (MiSMA).

Le Partenariat pour les standards humanitaires (ou HSP, sigle anglais pour Humanitarian Standards Partnership), qui a vu le jour en 2015, est issu du modèle de normes associées dans le cadre du projet Sphère et il promeut la complémentarité et la cohérence des normes techniques. Le HSP s’efforce de regrouper le pourquoi, le comment et l’essence des travaux humanitaires et il englobe : la Charte humanitaire, qui sert de toile de fond éthique et juridique à l’intervention humanitaire ; les Principes de protection, qui décrivent comment protéger les populations de la violence, éviter de nuire, garantir l’accès à une assistance impartiale et contribuer au relèvement après un abus ; la Norme humanitaire fondamentale, qui décrit les éléments essentiels d’une intervention humanitaire responsable, efficace et de qualité ; et les standards minimums, qui fournissent des références universelles pour une assistance en matière d’abri et d’habitat ; d’eau, d’assainissement et de promotion de l’hygiène ; de sécurité alimentaire et de nutrition; de santé ; d’éducation ; de protection de l’enfance ; d’élevage ; et enfin de relèvement économique et d’analyse de marché.

Voici comment les normes associées complètent les Normes minimales pour le relèvement économique :

  • Les Normes minimales de l’INEE soulignent l’importance de s’assurer qu’une éducation liée aux moyens de subsistance et à l’emploi – développement des petites entreprises, éducation financière, éducation et formation techniques et professionnelles – soit dispensée aux jeunes hommes et aux jeunes femmes, et tout particulièrement ceux issus de groupes vulnérables et qui n’ont pas suivi jusqu’au bout le cycle formel de scolarisation. Elles encouragent l’analyse des marchés du travail et la collaboration avec les secteurs de l’économie et du relèvement précoce, pour veiller à ce que les compétences commerciales acquises soient utiles et à ce que les programmes soient pertinents pour leur emploi futur.

  • LEGS approfondit le contexte des Normes minimales pour le relèvement économique en fournissant des références liées à un actif productif essentiel – l’élevage – dont dépendent fortement tant de communautés pour leur bien-être économique et social. Comme les changements climatiques engendrent différents types de catastrophes toujours plus fréquentes, LEGS fournit également des conseils pour travailler avec les communautés vulnérables tributaires de l’élevage dans les milieux fragiles arides et semi-arides.

  • CPMS fournit un ensemble complémentaire de normes agréées ayant trait à la protection des enfants dans des contextes humanitaires, y compris des conseils sur des questions liées au travail des enfants, sur la manière dont les secteurs de la protection des enfants et du relèvement économique se recoupent, et sur la libération des enfants de groupes ou forces armés et leur réinsertion.

  • Les MiSMA ou Critères minimaux d’analyse de marché, élaborés par le Cash Learning Partnership (CaLP), trouvent particulièrement écho dans les Normes minimales pour le relèvement économique car les deux s’appuient sur le principe selon lequel l’analyse de marché devrait augmenter la qualité de l’intervention et limiter le risque de nuisance. La teneur première des deux ensembles de normes s’aligne, la principale différence étant que les MiSMA visent à être utilisées par des praticiens humanitaires dans des secteurs en situation d’urgence, alors que les Normes minimales pour le relèvement économique considèrent en détail la mise en œuvre des activités de relèvement économique et englobent l’économie des ménages et les contraintes économiques plus larges dans l’analyse de marché. Toutefois, les deux peuvent être utilisées à tous les stades, depuis la préparation jusqu’au relèvement précoce.

La révision dans le cadre de la troisième édition des Normes minimales pour le relèvement économique est le fruit d’un processus hautement collaboratif sur une année avec plus de 90 organisations. Deux ateliers d’écriture et des consultations à Genève, Dakar, Panama, New Delhi, Beyrouth et Londres ont réuni plus de 175 personnes dans le processus de rédaction et de révision. Un comité directeur a assuré la supervision et l’orientation, en veillant à ce que les points de vue des multiples parties prenantes soient pris en compte et à ce que le document final soit très complet tout en restant accessible.

Pour accéder au document en ligne et pour consulter d’autres ressources et publications, veuillez vous rendre sur www.mershandbook.org.